PREDISPOSITION AUX THROMBOSES : QUAND ET QUOI CHERCHER?

PREDISPOSITION AUX THROMBOSES : QUAND ET QUOI CHERCHER?
Catégorie : Actualité scientifique et médicale

Les thromboses veineuses profondes sont fréquentes et la plupart du temps dues à des circonstances favorisantes telles qu'une immobilisation prolongée (chirurgie sous AG, alitement prolongé, immobilisation platrée, fracture...), une maladie inflammatoire ou certains traitements hormonaux. Néanmoins les causes héréditaires, appelées thrombophilies, ne sont pas rares puisqu'on les retrouve chez environ 30% des patients ayant eu au moins un épisode de thrombose. Il est nécessaire de les rechercher systématiquement dans certaines circonstances : Survenue d'une phlébite ou d'une embolie pulmonaire avant l'âge de 50 ans sans facteurs favorisant (Cf ci-dessus), épisodes récidivants, antécédents familiaux...

Il faut retenir qu'il y a 5 examens principaux qui permettent de dépister la grande majorité des thrombophilies : Le dosage de l'Anti-Thrombine III (AT III), de la Protéine C, de la Protéine S, la recherche de mutation du FV Leiden (FVL), de mutation du Facteur II (G20210A).lIl faut y associer la recherche du Syndrome des Anti-Phospholipides (SAPL) qui n'est pas héréditaire mais doit faire partie du bilan systématique. Certaines de ces anomalies biologiques sont fréquentes (Mutations du FV Leiden dans 20% des cas) avec un risque faible, d'autres plus rares (déficit en ATIII dans 1% des cas) mais avec un risque important.

Il est important de réaliser ces examens si possible à distance de traitements anticoagulants qui pourraient fausser les résultats (15 jours d'arrêt des AVK, 5 jours d'arrêt des anti-coagulants oraux directs). Dans certains cas, des contrôles doivent être faits par des techniques particulières (technique amidolytique pour la PC, dosage de la forme libre pour la PS) ou à distance (contrôle à 3 mois pour le SAPL)  pour confirmer les premiers résultats s'ils sont anormaux.

Le biologiste a un rôle important pour conseiller le clinicien et le patient pour la réalisation de ces examens dans des conditions optimales et l'interprétation des résultats. Il pourra dans certains cas après discussion avec le clinicien proposer des examens pouvant dans certains cas permettre de détecter des anomalies plus rares (hyperhomocystéinémie, élévation du Facteur VIII...).

Ref : Option Bio septembre 2019 (communications 20èmes journée du GITA, Paris 17/06/2019)

Jean-Michel Vialle, Médecin Biologiste
‹ Retour aux actualités

Pour installer l’application sur votre iPhone, cliquez sur l’icône et "Ajouter à l’écran d’accueil"